"La psychanalyse est un outil qui doit donner au Moi la possibilité de conquérir progressivement le Ça. "
Sigmund Freud

Introduction

sophroLa sophrologie est un ensemble de techniques qui permet d’atteindre des objectifs thérapeutiques, préventifs, sportifs, mais aussi de s’adapter de façon plus harmonieuse avec son environnement. Elle vise à développer les potentiels et les capacités de chacun, afin de mieux appréhender la réalité quotidienne, tout en réunifiant le corps avec l'esprit. En outre, ces techniques permettent également de surmonter ponctuellement certains passages de la vie.


Tout à la fois science qui étudie la conscience, philosophie pour mieux se comprendre et vivre en harmonie, méthode au service d’un projet personnel et outil pour mieux gérer son stress au quotidien, sa richesse est étonnante. Dotée de solides principes de fonctionnement, d’une méthodologie précise et d’une éthique rigoureuse, la sophrologie développe chaque jour ses champs d’application.


La sophrologie est en premier lieu une méthode de renforcement de la personnalité et des valeurs de l'individu. Avec de l’entraînement et de la recherche, elle permet à chaque individu d’atteindre une autonomie, une responsabilisation, et de mieux intégrer notre environnement personnel, affectif et socio-professionnel.


Elle se pratique à partir d'exercices simples (dynamiques ou statiques, en position couchée ou assise et même debout) élaborés de manière à pouvoir les répéter dans notre quotidien.

Origine

L'origine étymologique du mot « sophrologie » est grec : SOS – PHREN – LOGOS, qui signifie « étude et harmonie de la conscience ».


Le but de son fondateur, le professeur Alfonso Caycedo, médecin chirurgien et neuropsychiatre à Madrid, était d'étudier la Conscience pour que chacun puisse accéder à un avenir positif, en trouvant en lui ses propres ressources. C'est en s'inspirant de différents domaines (hypnose, neurologie, psychiatrie, psychologie, philosophie, relaxation, etc.) que va naître en 1960 la sophrologie, une méthode originale d’étude et de développement de la conscience.


Il créa une école de recherche, et mit au point une méthodologie structurée, reproductible, efficace et scientifique, avec des résultats établis. La Méthode Alfonso Caycedo (ou Méthode Isocay), élaborée et éprouvée depuis de nombreuses années par des scientifiques, évite toute altération ou modification de la conscience, et ne comporte aucun risque.


La Sophrologie Caycédienne et sa méthodologie sont protégées (depuis 1988) légalement, et ne sont diffusées que par des Sophrologues Caycédiens diplômés par le Professeur Caycedo lui-même. Si vous souhaitez consulter un sophrologue Caycédien, vous pouvez vérifier l’authenticité de sa formation avant de commencer toute pratique avec lui.

Questions/réponses

La sophrologie pour qui ?
Il n'y a pas d'aptitudes particulières pour pratiquer la sophrologie. Tout le monde peut la pratiquer (les enfants à partir de 4/5 ans).

 

Qu'est ce que l'alliance ?
L'alliance est l'accord passé entre le sophrologue et son patient : il s'agit d’une relation d'égal à égal.


Qu’est-ce que la vivance ?
On peut le résumer par le « vivre consciemment », ou plus précisément avoir une perception de son être (physique) dans la conscience.


Qu'est ce que le terpnos logos ?
Il s’agit du ton employé par le sophrologue, harmonieux et neutre, qui permet de mettre le patient dans des conditions favorables au passage vers le niveau sophroliminal, propice


Qu'est ce que le niveau sophroliminal ?
Il y a 3 niveaux de conscience : l'état de veille normal (lorsque nous sommes actifs), l'état sophroliminal (entre veille et sommeil, par exemple lorsque nous lisons ou regardons un film) et l'état de sommeil.
Le niveau sophroliminal est le niveau propice au changement recherché.


Quelle est la différence entre la relaxation et la sophrologie ?
La sophrologie va plus loin qu’une simple relaxation.


Qu'est ce que la phénoménologie ?
La phénoménologie (de façon simplifiée) c'est la suspension de tout jugement de ce que l'on vit ou perçoit durant la séance (le phénomène). Nous apprenons à accueillir et à observer ces sensations comme si c'était la première fois, sans a priori.


Qu'elle est la différence entre le schéma corporel et l'image du corps ?
Le schéma corporel correspond à la perception des sensations physiques, alors que l’image du corps est une représentation mentale que l’on s’en fait : elle dépend de notre propre regard, mais elle peut aussi dépendre du regard des autres.

Les principes de la sophrologie

1° Le principe de la réalité objective : préparer l’individu à mieux vivre la réalité. Le sophrologue doit percevoir son propre état de conscience pour en tenir compte face à celui de son patient.
2° Le principe du schéma corporel : la conquête du corps est la conquête de l’esprit, tout passe par le corps c'est-à-dire la corporalité.
3° Le principe d’action positive : toute action positive dirigée vers la conscience se répercute positivement sur le psychisme.

Les champs d'application

Les champs d'application de la sophrologie sont vastes et cette liste est bien sûr non exhaustive :
- Gestion du stress, équilibre du sommeil, réapprentissage de la respiration naturelle,
- Développement personnel, retrouver la confiance en soi,
- Préparation aux examens et épreuves : scolarité, compétitions sportives, permis de conduire, etc.
- Préparation psychologique aux examens et actes chirurgicaux, suivi post-opératoire, en complément avec un kinésithérapeute
- Préparer une grossesse, un accouchement (sans se substituer à la sage-femme)
- En rhumatologie, dans la réparation des traumatismes endurés par le squelette (fractures, arthrose) ou récupérer après une intervention (en complément d’un suivi avec le kinésithérapeute).
- Rééducation du périnée.
- Traitement du trac, de la peur et des phobies. Psychosomatique.
- Aide à la perte de poids
- Renforcer la mémoire, la concentration
- Préparer un projet personnel

Quelques témoignages

Annick

Les séances de sophrologie que j’ai effectué avec Marie Di Blasi m’ont permis de communiquer plus en confiance avec mon monde intérieur.

J’ai enfin pu prendre du recul sur mon problème mécanique au niveau de mon périnée qui a cessé d’être obsessionnel, une grande libération.

Cela m’a permis de découvrir « l’outil nécessaire pour réaliser le meilleur travail et ce fut grâce à une pure création de Marie que j’appellerai « la petite main miraculeuse »* séance enregistrée.

Je continue d’écouter régulièrement les enregistrements qui m’apportent des sensations de bien-être et une prise de conscience.

En effet je m’aperçois au fil des jours que mon ressenti au niveau visuel et ma sensibilité s’est d’avantage développé.

En ce qui me concerne, lâcher le mental est l’essentiel pour pouvoir se libérer de tous ces maux et je suis convaincue que la sophrologie est un excellent outil pour parvenir à cet objectif Merci MARIE

* Voir « Le petit bonhomme bricoleur, dans 365 pour mon bien-être »

 

Virginie

Avant de connaître la sophrologie :

- Je faisais des « crises d’angoisses » : spasmophilie, problèmes intestinaux…

- J’étais très stressée. Le moindre changement dans ma vie me mettait dans un état exceptionnel.

- Je ne profitais pas de la vie : j’étais perpétuellement sur le qui-vive. Le stress était un état permanent chez moi.

Marie voyant mon état m’a parlé de la sophrologie. J’étais un peu sceptique car j’avais fais beaucoup de traitements qui n’avaient pas fonctionné. Mais, je lui ai fait confiance. Nous avons fait quelques séances de base.

Depuis, je réagis de façon différente :

- Je vois toujours le côté positif alors qu’avant j’étais très négative.

- Je suis « zen » : ce qui n’est pas fait aujourd’hui le sera demain. Je ne peux pas toujours tout résoudre les problèmes des autres. Je dois me prendre en considération en 1er, être un peu égoïste.

Quand j’ai des soucis qui me font réveiller la nuit : je fais le « jeu des oreillers ». Sur mon lit, j’ai 2 oreillers. Quand j’ai l’angoisse, je change d’oreillers et me dis que je laisse l’angoisse sur le 1er. Cela ne sert à rien, je ne peux rien faire pour le moment, sinon dormir. Cela marche souvent.

La journée pour « expulser » une angoisse qui me prend, je « souffle par la bouche » très fort. J’ai la sensation de la faire partir dans mon souffle.

Je m’astreins des « pauses respiration » qui prennent 5 à 10mn pendant lesquelles je ne pense qu’à ma respiration. Depuis mon ventre a dégonflé (avant j’avais des problèmes de colites).

 

Maria
"J'ai fait appel à Marie afin de m'aider à surmonter mon stress face au concours de professeur des écoles que je préparais. En effet, je ne me sentais pas à la hauteur, pas assez intelligente vis à vis des membres du jury. L'ayant déjà passé une fois, j'avais perdu mes moyens, et j'avais raté mon concours à cause de ça. Pendant plusieurs mois, j'ai eu une séance par semaine durant lesquelles j'ai appris à avoir confiance en moi, j'ai appris à me connaître et à mieux connaître mon corps et à être à son écoute. Grâce à la sophrologie, j'ai réussi mon concours, je me suis sentie au même niveau que les autres et à la hauteur de la tâche. Depuis ces séances, la sophrologie fait partie de ma vie, car les exercices de respiration m'aident à gérer mes moments de stress, ou mes moments d'insomnie. J'ai même initié mes élèves à cette pratique et les résultats sont là ! Lorsqu'ils ne sont plus réceptifs ou excités nous faisons des séances de respiration et de relaxation pour qu'ils soient de nouveau en mesure de travailler."

Extraits déontologiques
Le sophrologue s'engage à respecter les cadres et principes généraux de la méthode. Il s'engage aussi à respecter les valeurs que défend la sophrologie, comme la responsabilité, la tolérance, le respect de la liberté individuelle et de la dignité humaine, aussi bien envers les personnes qui font appel à lui, qu'envers ses confrères.
Le sophrologue accepte d'exercer son activité sans aucune discrimination. Il est tenu au respect absolu du secret professionnel envers ses patients.

Déroulement d’une séance
Elle commence par un dialogue avec le ou la sophrologue, qui permet de se mettre d’accord sur l’objectif recherché et l’exercice qui convient.
La séance commence par l’induction (appelée aussi la descente), c’est ce qui permet la détente et l’arrivée dans le niveau de relaxation entre veille et sommeil, appelé par son fondateur : le niveau sophroliminal. Elle peut se faire à l’aide d’une lecture du corps, qui appelle tous les territoires musculaires à la détente, à l’aide d’une image de détente, d’une respiration, d’une sensation...
Au niveau sophroliminal (état de détente + ou moins profond), l’accès est alors ouvert au travail proprement dit : L’activation, c'est l’exercice à visée spécifique pratiqué à ce moment. Par exemple, si la demande est de calmer les émotions, il peut s’agir d’un travail sur la respiration ou les battements du cœur...
Des pauses viennent régulièrement ponctuées les phases de l’exercice, créant des temps d’arrêt nécessaire à la capitalisation et à la mémorisation des sensations. En fin de séance, une pause de totalisation du corps reprendra l’ensemble des vécus, les unifiant en quelque sorte.
La dernière étape est la désophronisation (ou reprise). C’est la remontée vers l’état de veille ordinaire et de son tonus musculaire habituel. C’est un temps essentiel pour retrouver le tonus nécessaire à la vie quotidienne.
Puis vient un temps d’échange en fin de séance. Un temps de recueil de l’expérience vécue, des sensations, du ressenti sans interprétation. qui est spécifique à la sophrologie. Décrire ses sensations, verbalement - ce peut être par écrit - permet de se réapproprier de façon plus consciente le vécu et de lui donner toute son importance.

Extraits déontologiques

Le sophrologue s'engage à respecter les cadres et principes généraux de la méthode. Il s'engage aussi à respecter les valeurs que défend la sophrologie, comme la responsabilité, la tolérance, le respect de la liberté individuelle et de la dignité humaine, aussi bien envers les personnes qui font appel à lui, qu'envers ses confrères.

 

Le sophrologue accepte d'exercer son activité sans aucune discrimination. Il est tenu au respect absolu du secret professionnel envers ses patients.

Déroulement d’une séance

Elle commence par un dialogue avec le ou la sophrologue, qui permet de se mettre d’accord sur l’objectif recherché et l’exercice qui convient.

 

La séance commence par l’induction (appelée aussi la descente), c’est ce qui permet la détente et l’arrivée dans le niveau de relaxation entre veille et sommeil, appelé par son fondateur : le niveau sophroliminal. Elle peut se faire à l’aide d’une lecture du corps, qui appelle tous les territoires musculaires à la détente, à l’aide d’une image de détente, d’une respiration, d’une sensation...

 

Au niveau sophroliminal (état de détente + ou moins profond), l’accès est alors ouvert au travail proprement dit : L’activation, c'est l’exercice à visée spécifique pratiqué à ce moment. Par exemple, si la demande est de calmer les émotions, il peut s’agir d’un travail sur la respiration ou les battements du cœur...

 

Des pauses viennent régulièrement ponctuées les phases de l’exercice, créant des temps d’arrêt nécessaire à la capitalisation et à la mémorisation des sensations. En fin de séance, une pause de totalisation du corps reprendra l’ensemble des vécus, les unifiant en quelque sorte.

La dernière étape est la désophronisation (ou reprise). C’est la remontée vers l’état de veille ordinaire et de son tonus musculaire habituel. C’est un temps essentiel pour retrouver le tonus nécessaire à la vie quotidienne.

 

Puis vient un temps d’échange en fin de séance. Un temps de recueil de l’expérience vécue, des sensations, du ressenti sans interprétation. qui est spécifique à la sophrologie. Décrire ses sensations, verbalement - ce peut être par écrit - permet de se réapproprier de façon plus consciente le vécu et de lui donner toute son importance.